Séjour à Venise

Compte rendu du Séjour à Venise pour les Solos (octobre 2015)

Mille mercis pour ce magnifique séjour à Venise qui nous a charmés et ressourcés grâce aux multiples  trésors que Nicole, Hélène et Alain ont su nous montrer.
Comme d’habitude, l‘organisation fut parfaite : tout était bien préparé et conçu pour nous faciliter le voyage. Que ce soit pour les transports en avion, les déplacements sur place à pied ou en vaporetto, nous disposions de toutes les informations utiles pour déambuler dans ce labyrinthe de ruelles et de canaux. Certes, la régate du dimanche matin perturba légèrement l’arrivée de certains car elle se déroulait entre l’aéroport et notre destination proche de l’arrêt Madonna Dell’ Orto.

Dans la semaine, certaines se sont un peu perdues à vouloir chercher désespérément le fameux glacier Grom.  D’autres ont préféré suivre sagement leur guide pour revenir sans encombre à la Casa Cardinal qui fut un lieu d’hébergement idéal Ancien palais du XVIII° siècle situé au nord–est du quartier de Cannareggio, ce fut un vrai dépaysement : d’abord l’accueil chaleureux et bienveillant des religieuses, puis l’excellente cuisine italienne servie chaque soir et enfin le charme romantique de l’immense jardin. Un peu intimidés par cette immense bâtisse un peu austère, nous nous sommes retrouvés dans une salle gigantesque pour les moments fraternels (louange et partage) ou autour de la machine à café et dans le salon pour des moments plus intimes en petits groupes.

Après avoir navigué sur le grand canal et dans la lagune, nous avons sillonné Venise en long et en large, enjambé de multiples ponts comme le Rialto ou traversé le Pont des Soupirs. Au hasard de nos itinéraires, nous avons découvert les fameux sotoportego, admiré des palais gothiques et de style byzantin. Tous les symboles de Venise étaient réunis : la place Saint Marc et les pigeons, les gondoles (toujours noires), les vitrines colorées, remplies de masques et de papier marbré, sans oublier les très (trop) nombreux touristes.

Le beau temps ensoleillé nous a permis de profiter pleinement des nombreux lieux touristiques. Ce fut notamment le palais des Doges où Alain nous conta l’histoire de la « Bocca di Leone » inquiétante gueule de lion qui servait de boîte aux lettres pour recueillir les dénonciations anonymes. Le campanile de San Giorgio nous offrit un magnifique panorama de 360° sur Venise, ses rios et la lagune. Une journée entière fut consacrée à visiter les îles : la plus grande, Murano est spécialisée depuis le moyen âge dans l’art du verre ; un peu plus loin, avec ses maisons colorées, se trouve Burano,  réputée pour son travail de la dentelle à l’aiguille ; à Torcello, subsiste la cathédrale Santa Maria Assunta, considérée comme le plus vieux monument vénitien ; enfin, le Lido, long banc de sable qui protège Venise de la mer Adriatique où quelque courageux se baignèrent tandis que d’autres cherchaient le cimetière juif.

Les différents musées (Ca’Rezzonico, Correr, Accademia, Grimani, ..) situés dans de splendides palais gothiques, d’anciens couvents ou des édifices publics nous ont émerveillés par leur grande richesse artistique et culturelle. Nous fûmes plusieurs à nous extasier devant les collections de peintures de l’école vénitienne : Bellini, Carpaccio, Cannaletto, Véronèse, Le Tintoret, Titien, etc. Devant la toile de la Cène nous nous sommes demandés pourquoi Le Tintoret avait dû la ré-intituler « Le repas chez Lévi ». D’autres ont préféré arpenter le quartier du Ghetto, qui regroupait au XVI° siècle les juifs de Venise, et ont visité le musée hébraïque.

Quant aux soirées, elles furent variées et riches d’enseignement. J’en retiendrai une qui m’a marquée, celle où nous avons visité l’église vaudoise locale. La pasteur nous brossa l’histoire du mouvement vaudois depuis sa création, puis nous raconta son parcours personnel avec le Seigneur qui l’avait conduite à 40 ans à quitter le catholicisme pour l’église vaudoise. Ce fut un témoignage poignant sur sa volonté de servir Dieu et de le chercher depuis son enfance. Ce soir-là, Nicole nous montra ses talents d’interprète en parlant couramment l’italien.

Le matin, nous avons étudié des passages de l’évangile de Marc dont le choix s’explique bien évidemment par l’histoire de la Sérénissime marquée notamment par la prophétie légendaire de la basilique Saint Marc.

Voilà, tout un programme riche et varié qui a permis d’alterner avec bonheur les rencontres, les temps spirituels et le tourisme.

Murielle